A quoi sert l’assurance contre le risque de change ?

0
198

Lors de transactions financières avec des pays étrangers hors zone euro, il se peut que la monnaie locale soit dépréciée par rapport à la devise étrangère avec laquelle vous aviez l’habitude de traiter. Le problème est que cela peut arriver en pleine transaction, et tous vos gains, dont vous aviez rêvés, se transforment en perte, sauf si vous souscrivez à une « assurance risque de change », qui pourrait sauver la mise.

Nous allons en apprendre plus sur cette assurance et comment elle fonctionne, car savoir qu’elle existe, pourrait vous sauvez, à coups sûrs, de grosses pertes financières à long et court termes.

A voir aussi : Quelle sont les plateformes qui proposent la gestion du risque de change ?

Qu’est-ce qu’une « assurance risque de change » ?

Le risque de change est en fait un risque sur un actif qui est concerné par la variation d’une devise, qu’elle soit en hausse ou en baisse. Prendre une assurance en risque de perte de change a pour objectif premier d’obtenir la garantie sur un possible risque de change, lorsqu’il est lié à la signature d’un contrat financier ou commercial en devises étrangères, ou bien sur la remise d’une proposition en devises, toujours à un client étranger.

Il faut noter que cette option « d’assurance risque de change », appelée aussi « assurance-crédit-perte », va nécessiter un contrat dissocié de « l’assurance crédit ». C’est la Coface qui, dans le cadre des Garanties Publiques, va distribuer exclusivement cette option.

A lire aussi : Quels sont les exemples de risque de change ?

Voyons pourquoi il est intéressant de souscrire à l’offre « assurance-crédit-risque-de-change ». Déjà, parce qu’elle s’adresse aux entreprises qui vont remettre des offres en devises à des acheteurs étrangers, mais aussi :

  • Car elle va permettre de se prémunir des fluctuations de change ;
  • Pour pouvoir garantir à l’entreprise, de répondre à divers appels d’offres en toute tranquillité ;
  • Afin de couvrir la période de négociation ou la période de contrat.

Le montant maximal des transactions qui seront garantis par cette option vont jusqu’à 120 Millions d’euros, pour le dollar et 60 Millions d’euros en ce qui concerne les autres devises. « L’assurance change contrat » va aussi permettre de figer un cours de change, et cela, avant la signature du contrat commercial, ou alors au plus tard, dans les 15 jours suivants la conclusion du contrat.

Les devises éligibles seront : e dollar US, le Franc Suisse, mais aussi la Livre Sterling, le dollar canadien et de Singapour. Notons aussi le Yen, la couronne norvégienne, suédoise, danoise, ainsi que le dollar australien et néo-zélandais.

Comment va fonctionner « l’assurance risque de change » ?

En ce qui concerne les profils d’entreprise qui sont exportatrices, il n’y a pas de montant plancher. De plus, « l’assurance-change-contrat », garantit pour la période de contrat, pour un montant maximal de transaction garanti de 15 millions d’euros. Quant à l’indemnisation, elle sera de 100 % de la perte de change qui sera constatée par rapport au cours à terme qui est garantie, aux échéances de paiement.

Concernant la garantie, elle est déterminée le jour même de sa mise en place, et cela, en fonction du cours au comptant de la devise, mais aussi de la durée de négociation et enfin du point moyen de paiement.

Le coût de « l’assurance crédit » au risque de change, correspond à un taux de flat qui est déterminé en fonction de la devise garantie, mais aussi de la durée de validité appliqué alors au montant garanti, et également des variations du taux de change des devises.

Quelles sont les conséquences du risque de change ?

Si aucune protection n’est mise en place contre le risque de chance, cela aura alors des conséquences comme :

  • La valeur future de votre entreprise ;
  • Impact sur sa compétitivité, mais à long et moyen terme.

La perte sèche sera subie, si le cours change en défaveur de votre entreprise, et cela, entre le moment où vous réaliserez une vente ou que vous accepterez un devis, et le moment où le paiement sera encaissé, ou que vous devrez payer le fournisseur.

Il faut savoir que la plus minime variation du taux de change peut avoir de grosses conséquences sur votre rentabilité, l’assurance et la protection doivent donc être mises en place.

Le risque de change de consolidation, existe quant à lui, lorsque les variations des taux de change vont avoir des effets directs sur les états financiers de l’entreprise internationale, alors que vous allez devoir consolider les résultats des filiales que vous possédez à l’étranger.

La solution la plus souvent adaptée est la couverture partielle, c’est-à-dire qu’une seule portion seulement du risque de change qui est potentiel, sera couverte pour vous protéger.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici