Quels sont les exemples de risque de change ?

0
198

Les investisseurs sont exposés aux risques de change, qu’ils soient industriels, importateurs, ou exportateurs, ils se portent acquéreurs d’un actif libellé dans une devise étrangère à celle de leur propre pays. Il est important de savoir que la baisse du cours de change dans une devise étrangère peut entrainer irrémédiablement une perte de valeur des actifs libellés en devises. Mais au contraire, s’il y a une hausse des taux de changes des devises étrangères avec lesquelles on a l’habitude de travailler, il y aura une hausse de la monnaie nationale qui pourra freiner les exportations .Cet article va vous aider à y voir plus clair.

Qu’est-ce qu’un risque de change ?

On parle de risque de change si la monnaie qui aura été choisie afin de payer les exportations ou des achats actifs n’est pas l’Euro. Donc, le problème ne va concerner aucunement la zone Euro, mais plutôt les pays hors zone euro, comme la Grande-Bretagne, la Suisse, la Norvège, l’Islande, mais aussi les pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique.

A lire aussi : Sur quel site peut-on suivre le cours des matières premières ?

Les premiers concernés seront malheureusement les entreprises et sociétés qui travaillent avec les pays étrangers, ce sont eux qui seront le plus touchés par le risque de change. Pourquoi ?

Car les fluctuations de taux de change au cours des délais de paiement vont affecter le montant des factures, c’est donc un risque de transaction. Mais, la variation du taux de change d’une monnaie par rapport à une autre va aussi avoir un impact sur les rapports de compétitivité des produits de l’entreprise.

A lire en complément : Comment déléguer la gestion du risque de change ?

La paire Euro/Dollar est la plus travaillée au monde, de ce fait, c’est un taux très volatile.

Il est nécessaire de savoir que le taux de change est le deuxième marché financier au monde, et va suivre juste de près celui des intérêts. Chaque jour, une somme de 120 milliards d’euros est échangée dans diverses monnaies du monde.

Cependant, il n y’a pas que les entrepreneurs et exportateurs/importateurs qui sont concernés par le risque de taux de change, il faudra aussi citer les investisseurs financiers. En effet, si une banque prend participation dans une entreprise ou société américaine cotée dans la ville de New York, elle cumulera non seulement le risque de marché lié justement à cette participation, mais aussi le risque de variation du taux de change Euro/Dollar.

Comment se protéger d’un risque de change ?

Il existe plusieurs moyens de se protéger des risques de change, cela aide les entreprises à se prémunir, pour cela, elles vont disposer de :

  • Contrats de change à terme ;
  • Contrats d’option à terme ;
  • Options sur devises ;
  • Contrat à prime zéro ;
  • Une assurance.

Le contrat de change à terme va permettre d’acheter et de vendre à une date ultérieure une devise étrangère à un prix qui sera stipulé aujourd’hui, cela concernera les entreprises. Le contrat d’option à terme va lui, définir une période de règlement en l’étalant sur une période.

L’option sur devises donne à l’entreprise la possibilité soit d’acheter, soit de vendre une devise étrangère à une date ultérieure, sans qu’il n’y ait contrainte. Par contre, si le cours au comptant est beaucoup plus favorable que le taux d’exercice de l’option, elle pourra y renoncer.

Le contrat à prime zéro va permettre de fixer une plage de taux de change dans laquelle l’entreprise a la possibilité de vendre ou d’acheter une devise étrangère. Le niveau de protection disposé est alors prédéterminé.

L’assurance est mise en place pour protéger les entreprises contre les variations de change.

Quel est l’exemple de risque de change ?

Imaginons une entreprise allemande qui va signer un contrat avec un exportateur américain, pour l’achat du matériel pour 250 000 Dollars américains, et cela dans un délai d’un mois et demi. Alors, selon le cours de change Euro/Dollar à par exemple 1,5400, et si le paiement se fait aujourd’hui, alors il faudra verser 250 000 X 1,5400 ce qui ferait 1620337, 66 euros.

Il se peut qu’il y ait des chutes de taux de la BCE qui feront craindre à l’entrepreneur allemand qu’à la date effective du paiement, le Dollar américain sera plus fort que l’Euro, le versement en euros sur les 250 000 dollars américains supposera donc une plus grande quantité d’euros. La transaction devra donc être assurée. De plus, les points SWAP auraient une position ouverte pendant plus d’une journée, avec l’impact de leurs ajustements quotidiens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici