Les plastiques et l’industrie automobile

plastiques et automobile

L’invention de l’automobile à la fin du 19e siècle, puis son développement incessant au cours du 20e siècle ont apporté à l’humanité un progrès essentiel : celui de pouvoir se déplacer facilement, régulièrement sur des distances inhabituelles pour nos capacités physiques. Pour les pays développés, l’industrie automobile a donc apporté liberté, activité économique et meilleure qualité de vie.

Il serait donc illusoire et impossible de vouloir brider cette conquête. Néanmoins l’automobile a également apporté son lot de malheurs : mortalité, pollutions en tout genre, encombrements… La pétrochimie, l’ingéniosité des laboratoires de recherche et des constructeurs permettent d’envisager l’avenir sous des jours meilleurs grâce aux plastiques.

Les plastiques dans l’industrie automobile

Les plastiques sont apparus dans l’industrie automobile dans les années 1950. D’abord leur présence est anecdotique, puis ils s’installent dans l’habitacle (le tableau de bord), puis les garnitures des portières, les pare-chocs, les revêtements de sièges, les ceintures de sécurité, les optiques et tout ce que l’on voit moins car inséré dans le châssis ou sous le capot.

En 1974, les plastiques représentaient environ 3 % de la masse d’une voiture, aujourd’hui, c’est en moyenne 15 % et jusqu’à 25 % pour certains modèles. Les plastiques se répartissent ainsi : 50 % dans l’habitacle, 25 % en guise de carrosserie, 20 % sous le capot moteur, et environ 15 % sous le châssis. Enfin il ne faut pas négliger les énormes progrès des fabricants de pneumatiques, qui ont également intégré les plastiques dans leurs processus de fabrication.

Les progrès engendrés

L’intégration croissante des plastiques ou plus souvent de leur différents composés, parfois associés aux métaux, a permis de faire baisser très sensiblement le poids des véhicules. Conséquence immédiate, la forte diminution de la consommation en carburant, même si les progrès en matière de motorisation ont aussi leur part de réussite. Seconde conséquence, une meilleure maîtrise de la pollution.

L’utilisation plus importante des plastiques dans l’industrie automobile ouvre donc des perspectives dans le développement de nouvelles motorisations plus propres : moteurs hybrides, moteurs tout électrique, moteurs à hydrogène.

Deuxième apport indéniable des plastiques dans l’automobile, la sécurité passive des passagers, mais aussi des autres usagers de la route : ceinture de sécurité, pare-chocs, renforts latéraux, airbags, sièges pour enfants… Enfin, légers et résistants, les plastiques offrent aux constructeurs un confort et un liberté de conception pour le plus grand plaisir des automobilistes et cela à un coût de plus en plus abordable.

Pour conclure, signalons également que les plastiques sont maintenant entièrement recyclables et valorisables. Ce qui correspond aux objectifs de développement durable de nos sociétés modernes.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*